Dissertation Mme Bovary French

Only available on StudyMode
  • Pages : 6 (2125 words )
  • Download(s) : 614
  • Published : October 18, 2010
Open Document
Text Preview
Il a été dit que la véritable originalité des grands romanciers réalistes était « d'avoir transformé la réalité vulgaire en œuvre d'art ». En vous appuyant sur l'étude précise de «Madame Bovary», vous justifierez ce jugement. ?

Introduction
Le réalisme classique faisait du beau et du laid la matière de son art. Mais il en proscrivait le médiocre et comme le disait La Bruyère, on ne saurait représenter « un laquais qui siffle » ou « un homme dans sa garde-robe ». La grande originalité des écrivains réalistes fut d'admettre que tout ce qui se trouvait dans la nature et même le médiocre, pouvait et devait entrer dans le cadre de leurs œuvres. Et à vrai dire, ils ont même manifesté une prédilection à s'inspirer de sujets, à dépeindre des personnages et des cadres empruntés à la réalité vulgaire. Flaubert, dans Madame Bovary, a délibérément orienté lui-même son choix dans ce sens. Mais par le talent de la composition, par le pittoresque de la peinture, par la qualité de l'expression, il a transformé « cette réalité vulgaire en œuvre d'art ».

I. LA RÉALITÉ VULGAIRE

Le sujet de Madame Bovary est emprunté à un banal fait divers : le suicide à Ry, petit bourg de la Seine-Inférieure, de la femme d'un officier de santé, que des déboires sentimentaux et des dettes accumulées avaient amenée à ce geste de désespoir. Flaubert qui s'inspire scrupuleusement des faits a restitué avec exactitude la physionomie des acteurs du drame. Le mari avait été l'élève de son père, chirurgien en chef de l'Hôtel-Dieu de Rouen, et l'écrivain l'a représenté comme il était : un brave homme un peu lourdaud, consciencieux, timoré et assez ignorant. A l'image de son épouse née Adelphine Couturier, Emma Bovary, l'héroïne du roman, est la fille d'un fermier aisé. Comme Adelphine, Emma s'éprendra successivement d'un voisin de campagne et d'un clerc de notaire. L'un et l'autre ressemblent d'ailleurs fidèlement aux modèles qui les ont inspirés. Rodolphe Boulanger en particulier offre l'exacte réplique de Louis Campion, le premier amant de Madame Delamare, un bellâtre assez vulgaire qui menait une vie dissolue et se trouva complètement ruiné au bout de quelques années. On a même retrouvé la trace de la petite servante qui fournit à Flaubert le personnage de Félicité. Elle vivait encore près de Rouen aux environs de 1900. On n'a pu déterminer avec certitude quels êtres réels Flaubert avait dépeints sous les traits de l'abbé Bournisien et du pharmacien Homais. Pour ce dernier au moins on a cité plusieurs originaux possibles et tout porte à croire que le portrait a été composé à partir d'éléments puisés à diverses sources. Mais quoi qu'il en soit, ces deux comparses s'harmonisent parfaitement avec la médiocrité de l'ensemble.

L'évocation du cadre contribue à renforcer la même impression. On y respire une atmosphère de rusticité et le romancier se complaît à peindre avec minutie les détails propres à la créer. La première rencontre de Charles et d'Emma se passe dans la ferme du père Rouault et à la suite du médecin nous longeons le hangar qui abrite charrues et charrettes, nous détaillons à loisir tout le matériel agricole qui s'y trouve entreposé, tandis que s'étale au premier plan un large fumier sur lequel picore la volaille. Et c'est sous ce même hangar que sera dressée la table du repas de noces. La petite maison du médecin, à Tostes, donne une impression de médiocrité et de mauvais goût avec ses pièces minuscules et mal entretenues, sa tapisserie jaune serin qui tremble sur une toile mal tendue, ses rideaux de calicot blanc bordés d'un galon rouge. Quant au bourg de Yonville-l'Abbaye où vient ensuite s'installer le ménage Bovary, il n'est guère attirant à en juger, de prime abord, par la grande place où la diligence vient déposer les voyageurs. La mairie s'y donne pompeusement des airs de temple grec avec ses colonnes ioniques et elle s'orne curieusement d'un « coq gaulois, appuyé d'une patte sur la Charte et tenant de l'autre les balances de la...
tracking img