La Mission Inacheve Des Peres Recollets En Nouvelle France

Only available on StudyMode
  • Pages : 9 (3338 words )
  • Download(s) : 35
  • Published : November 23, 2005
Open Document
Text Preview
Trop souvent, lorsque nous parlons de nos saints missionnaires qui ont travaillé à l'évangélisation du Canada, nous pensons qu'au Jésuites. Les pères Jésuites ont fait beaucoup pour christianiser le nouveau monde et surtout le Canada. Mais nous oublions un groupe très important dans l'histoire de la mission du Canada : les pères Récollets. Dans ce présent travail nous allons voir ce qu'on fait les pères Récollets au Canada avant l'arrivée des pères Jésuites. Nous verrons premièrement la démarche qu'ils ont prise pour entreprendre cette mission. Ensuite nous verrons la mission elle-même et ce que les Récollets ont fait. Nous verrons enfin les derniers jours du mission et la fin de cette mission des Récollets.

Lorsque Jacques Cartier et les autres explorateurs français ont découvert le Canada et la région du St Laurent, ils ne croyaient pas que c'était une coïncidence ou un accident. Ils croyaient que leur découverte était le résultat d'une mission Divine. Si la France était pour avoir part dans l'exploitation du nouveau monde, c'était le destin des français d'amener la lumière de l'Évangile au nouveau monde. Les français pensaient à l'évangélisation en termes romantiques, et comme si la seule mission de la France était d'annoncer le Messie aux peuples canadiens. Les français cru non seulement à leur mission de répandre la religion chrétienne, mais aussi d'installer l'Église Chrétien, dite Catholique. Champlain établit Québec comme un poste de la traite de fourrure en 1608 avec 32 hommes, et déjà il considéra une mission d'évangélisation auprès de leurs partenaires de traite. « Je jugerai à part moi que ce serait faire une grande faute, si je ne m'employais à leur préparer quelque moyens pour leur faire venir à la connaissance de Dieu » dit Champlain. Champlain, homme pieux, veut aider au Salut de ces peuples autochtones en leur faisant connaître le Messie. Étienne Brûlé, un des hommes choisi pour l'Habitation, eut la permission de Champlain d'aller vivre chez des amérindiens du tribut des Hurons. Brûle fut mit sous la charge du chef Huron Iroquet, et vit avec eux pendant un ans. Lors de son retour à Québec en juin 1611, il raconte à Champlain ce qu'il a vu et appris. Étienne apprend les bases de la langue Huronne et certaines de leurs mœurs. Il propose que les Hurons seront plus facilement convertit au catholicisme. Ceci enflamme davantage le cœur de Champlain et il trouve les réponses à son désir en 1614 lors de son voyage en France. Champlain consultât alors les pères Récollets de sa ville natale de Brouage, de la province ecclésiastique d'Aquitaine, et leur proposa la mission. Les Récollets sont une branche de l'ordre de Saint François introduit en 1592, et sont plus observant dans leurs pratiques et dans leur spritualité. Champlain aurait voulu avoir les Récollets d'Aquitaine pour la mission de Québec et Tadoussac. Les Récollets d'Aquitaine ne pouvait pas entreprendre la mission et Champlain, désespérer, pensa que la mission avait tombé à l'eau. « Le projet d'établir une mission canadienne était trop beau et trop noble pour ne pas enflammer d'un saint zèle les âmes généreuse; il fut repris bientôt pas les Récollets de la province de Saint Denis. » Alors la demande de Champlain fut répondue par un autre groupe de Récollets, cette fois ceux de la province de Saint Denis. Le supérieur de Saint Denis, met quatre hommes à la disposition de Champlain. Les pères Denis Jamet, Jean d'Obleau, Joseph Le Caron, et le frère Pacifique du Plessis sont choisis pour entreprendre la mission du Canada. Mais la saison de départ avançait et il n'y avait pas assez de temps pour faire les plans et de recevoir les permissions nécessaires. La mission serait retarder d'une année lorsque les Récollets suppliaient Rome. Avant la création de la Congrégation de la Propagande en 1622, toutes les missions étrangères étaient sous la direction du Pape, et seul le Pape pouvait les accepter ou les rejeter. Champlain, avec l'assistance du roi...
tracking img