Volvic Case Study: the Flavoured Water Market (in French)

Only available on StudyMode
  • Pages : 11 (3330 words )
  • Download(s) : 584
  • Published : November 2, 2010
Open Document
Text Preview
Le marché de l’eau minérale aromatisée entre 2006 et 2007

Problématique : la nouvelle offre de la marque Volvic entre 2006 / 2007

Introduction
L’eau est source de vie pour l’homme. Toutefois son exploitation a su évoluer, s’adapter. Aujourd’hui, pour nous « assoiffer », les producteurs utilisent des innovations pour le moins surprenantes au premier abord : aromatiser de l’eau. Ainsi comment le marché de l’eau va-t-il réagir face à cette nouvelle idée ? Dans un premier temps, nous analyserons le marché de l’eau aromatisée, puis, nôtre étude se poursuivra par l’actualité de Danone en 2007 enfin, nous clôturerons notre démarche par l’étude de la marque Danone sur le marché des eaux aromatisées. I Le marché de l’eau aromatisée en France

Aujourd’hui, les goûts des Français évoluent vers le sucré en hommage aux saveurs rassurantes de leur enfance. Ainsi les minéraliés ont lancé les eaux aromatisées pour répondre à la demande.

Source rayon-boissons.com
On remarque que les eaux plates aromatisées ont enregistré une hausse importante des ventes entre 2003 et 2004 lors de la canicule (+ 33% pour les eaux plates aromatisées et + 24% pour les eaux gazeuses aromatisées). Par contre entre 2004 et 2006, les ventes n’ont pas arrêté de chuter (-13% et - 32%). Cela peut s’expliquer, entre-autre, par l’augmentation du prix de l’emballage en 2005. En avril 2006, les marques nationales représentaient 82,8% des volumes, soit un recul de 11,8%. Les MDD s’arrogent de 16,7% des parts de marché, en progression de 28,9%. En ce qui concerne les premiers prix, ils représentent encore un tout petit marché de 109 000 litres écoulés sur un an. Eau aromatisée plate

En 2006, le marché de  l’eau aromatisée plate représentait 137 millions de litres dont 16,1% sous promotion (+ 2,2%) soit un chiffre d’affaire estimé à 104,1 millions d’euros (-11,7 %). Le linéaire moyen développé est de 7,16 mètre (+ 0,52 m) pour un nombre moyen de référence de 25,6 (+ 1,9).

Les marques nationales constituent 82,8% des volumes, en diminution de 11,8%. Les MDD détiennent 16,7% des parts de marché, en augmentation de 28,9%. Quand aux premier prix, ils ne constituent qu’un petit marché avec seulement 109 000 litres écoulés en un an.

Eau aromatisée gazeuse

En ce qui concerne le marché des eaux aromatisées gazeuses, elles représentent une vente de 41 millions de litres dont 10,3% sous promotions pour un chiffre d’affaire estimé à 38,9 millions d’euros (-21,4%). Le linéaire moyen développé est de 3,30 mètres (-0,16 m) et le nombre moyen de référence est de 13,6 (+ 0,2).

Trois catégories composent l’offre de l’eau :
* L’eau plate
* L’eau aromatisée
* L’eau gazeuse
Ces catégories se déclinent en quatre segments :
* Eau embouteillée : Volvic
* Canette : Taillefine fitz
* Poudre à diluer dans l’eau : Dy-Septi Poudre
* Sirop : sirop Teisseire
Tableau 2 : la répartition des marques du marché des eaux embouteillées Unités : % du CA et point| Parts en %| Evol. sur 1 an| Perrier| 13,3| -6%|
Salvetat| 9,3| -14%|
Perrier fluo| 5| -28%|
Badoit toniques| 1,6| ?|
Vichy plaisirs du teint| 1,1| -21%|
Saint Amand subtiles| 0,9| +33%|
St Yorre saveurs actives| 0,7| NS|
Carola rouge| 0,6| +29%|
Source : rayon-boisson.com

Une des tendances forte du marché est la hausse du prix de vente des emballages (+ 50% en décembre 2005). Les nouveaux produits sont plus sophistiqués induisant ainsi une valeur ajoutée (innovation et extrait naturel). Ainsi les eaux aromatisées sont 25 à 50% plus chères que les eaux naturelles et de ce fait sont donc pénalisées. La mise en place de plans promotionnels et de diverses communications accompagnent de manière couteuse ces lancements.

1) Les attentes et comportement du consommateur

Les principales motivations qui poussent le consommateur à acheter de l’eau sont : le prix, le goût et parfois, les conseils d’un médecin. En effet, ce dernier peut...
tracking img